Partager :

MIN.jpg

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre secteur d'activité ?

Je suis Ken, associé avec mon épouse Nami. Nous sommes un couple franco-japonais. Nous avons créé un atelier de fabrication de mobilier sur-mesure à Garancières. Notre parti pris est de proposer un design d’inspiration japonaise, en fusionnant librement les traditions d’ébénisterie française et japonaise.

Quel a été votre parcours professionnel avant de réaliser ce projet ?

J’étais cadre salarié dans le marketing et la communication. Nami a une formation d’architecture d’intérieur et de stylisme mais par choix, elle s’est d’abord occupée de nos filles, devenues grandes à présent. Après un CAP d’ébénisterie que j’ai passé en 2020, nous avons décidé de combiner nos compétences pour tenter de faire aboutir ce projet : elle est à la conception et la modélisation 3D, moi à la fabrication, au marketing et commerce.

Pourquoi avoir créé cette société ? Quelles étaient vos motivations ?

Il y a eu un ensemble de facteurs déclencheurs : une rupture conventionnelle, un vieux rêve de travailler le bois que j’ai ravivé, la possibilité d’utiliser les talents de conceptrice de Nami, l’envie de retourner vivre à Villepreux (nous étions depuis 6 ans à Annecy après avoir quitté les Yvelines), nos 2 filles devenues grandes et ayant besoin de moins d’attention. De plus, je savais de par mon expérience de vie que j’avais besoin d’autonomie et d’une forte dimension créative. Voyant aussi l’engouement toujours plus prononcé des Français pour la culture et le style de vie japonais, j’étais convaincu qu’il y avait une opportunité commerciale. Autant que je sache, nous sommes l’unique atelier d’ébénisterie franco-japonais en France.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans votre création de projet ?

Avec l’aide et les conseils d’organismes publics comme ISY, la CMA, Pôle-Emploi (etc.), les difficultés sont relativement mineures lorsqu’on a les idées claires sur ce qu’on veut faire. C’est aujourd’hui, maintenant que l’activité est lancée que les difficultés commencent. La recherche du Graal : trouver des clients. Je dirais que les vrais défis viennent une fois l’organisation mise en place. Elever le bébé est éminemment plus difficile que de le concevoir. Il faut garder la foi, l’élan initial et continuer de croire.

Pourquoi avoir choisi Initiative Seine Yvelines ?

Le choix était naturel car nous nous sommes installés à Garancières (78890) qui est dans la zone d’intervention d'ISY.

Comment l’association Initiative Seine Yvelines vous a-t-elle aidés dans votre projet ?

Par de la bienveillance, des encouragements. La possibilité d’avoir un parrain est aussi un avantage précieux.

A quoi vous a servi/va vous servir le prêt d’honneur ?

Pour les investissements de toutes sortes : matériel et immatériel (achats de prestations de service). Il complète bien le prêt contracté auprès de la banque.

Comment avez-vous vécu votre passage en comité d’agrément ?

J’en garde un souvenir tout à fait positif. On sent de la bienveillance et du soutien. Malheureusement il a dû se faire via Zoom alors que le présentiel aurait été bien plus riche.

Une anecdote à nous raconter ?

Lorsqu’il s’agit de conception et design et que mon épouse et moi restons en désaccord même après discussion, la décision est mise au vote. Mais comme c’est elle la directrice de création, elle dispose de 2 voix, et moi d’une seule. Elle l’emporte toujours. Et c’est très bien ainsi, les rôles sont clairs.


Aujourd’hui, quel conseil donnerez-vous à un(e) futur(e) entrepreneur(e) qui aimerait se lancer ?

N’étant pas encore en position de dire que nous avons réussi notre défi, étant toujours en cours de recherche d’un business model durable, je ne me sens pas en position de donner des conseils. Ce que je peux dire :

  • Se préparer mentalement à vivre de nombreuses et violentes montagnes russes émotionnelles.
  • Pour éviter l’épuisement moral, se forcer à faire des pauses, décider fermement de ne pas penser à son projet au moins 1 jour par semaine.
  • Faire confiance au process, à l’effet cumulatif. Chaque petit pas est une avancée, frustrante car elle n’est pas spectaculaire mais l’effet cumulatif peut être spectaculaire.
  • Avoir un maximum de personnes de référence avec qui on peut échanger et à qui on peut poser des questions.

 

Contact

Notre site web: www.kumi-mobilier.fr